Un an de volontariat à Mayotte ! :)

02 septembre 2016

fin de mission

Je profite des 7h d'escale à la Réunion pour capter une connexion internet (défaillante depuis 2 jours à Mayotte) pour sûrement écrire le dernier article de ce blog.

Ma mission touche déjà à sa fin. Je commençais à peine à saisir les subtitlités de la culture mahoraise et la comprendre, qu'il faut déjà partir. Je reste sans voix quand je repense à tout ce que j'ai vécue. Je n'ai pas de mots pour résumer, à part peut-être "incroyable", et encore le mot est faible. Je crois que les "au-revoir" de ces derniers jours ont été le moment le plus difficile de ma mission. Les rencontres que j'ai pu faire ont été riches, uniques et sincères. Que ce soit les amis, les partenaires ou encore les enfants et familles croisées en animation de rue, chacun d'entre eux m'a permis de découvrir, rêver, apprendre, m'émerveiller, grandir, questionner, me révolter, me dépasser. C'est incroyable tout ce qu'ils ont pu m'apporter.

Je garderais en mémoire de Mayotte ses couleurs contrastées entre le lagon bleu turquoise, la végétation tropicale verte et la terre volcanique rouge. Mayotte c'est aussi le chant du muezzin et les femmes vêtues des couleurs vives de leurs salouvas. C'est les "eh ma copine, saladi, tomati 2€" des bouénies sur le marché. Ce sont aussi les maquis sur les fils électrique ou les noix de cocos fraiches ramassées à l'occasion d'une randonnées. Mayotte c'est les enfants qui vont jouer nus dans les flaques d'eau pendant la mousson. C'est un de plus beau lagon du monde où il suffit de mettre la tête dans l'eau pour en prendre plein la vue. Mayotte c'est un carrefour social et culturel où les rencontres et témoignages de vie font relativiser sur sa propre situation. Mayotte, cette île où les enfants sont partout ! Mayotte c'est aussi les brochettis sur le bord des routes. Bref, les médias diront ce qu'ils veulent, Mayotte est magnifique et les gens qui y habitent aussi :-)Aujourd'hui, quelle sensations étrange de survoler la Réunion, aménagée de villes bétonnées et de 2x2 voies. Quelle sensation bisare lorsque le steward me demande "mais vous ne voulez pas sortir de l'aéroport pendant les heures d'escale ?" et que son seul argument face à mon "non merci" est "mais il y a un grand centre commercial juste à côté !" Non merci, les grands centres commerciaux ne me manquent pas et je les retrouverais bien assez tôt !

Il y a un an, je partais vers l'inconnu en me demandant d'ailleurs ce qui me prenait de faire ça ! Aujourd'hui, je ressents la même chose : je quitte l'endroit où je me sentais chez moi pour aller vers l'inconnu : nouveau travail, nouveau lieu de vie, des petits cousins qui auront grandis ou seront même nés, des copines qui auront leur bidon tout rond... Bref que du  changement ! Un chapitre qui se termine, mais pour que plein d'autres puissent s'écrire.

P1070092

Tout le groupe de la formation à l'alphabétisation, que j'ai suivi du 22 au 26 aout avec caritas-france. C'était super ! J'espère pouvoir expériementer la technique apprise, en métropole.

P1070096

Rafik et Rafidat qui étaient en formation avec moi. Cette formation a été l'occasion de passer du temps avec des bénévoles de caritas que je connaissaient déjà. Rafik est chef chez les scouts et rafidat à fait son bafa avec nous.

P1070104

Pause photo en fin de semaine, avec Houssoua (à ma gauche en salouva vert) qui est la secrétaire de caritas et qui a beaucoup aidé à l'organisation de la formation.

P1070287

Eclipse quasi totale du 1er spetembre, vu depuis Mayotte :-) Juste avant de partir, timing parfait !

 

Posté par ClemBlt à 14:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]


22 août 2016

Bivouac îlot M'tzamboro

Ce week-end c'était bivouac sur l'îlot de M'tzamboro, tout au nord de l'île. Vraiment un chouette moment pour ce dernier bivouac ! M'tzamboro est un grand ilot, qui abrite beaucoup de terrains agricoles et notamment les oranges et clémentines. La plupart de ces agrumes de mayotte viennent de l'îlot. On s'est aventuré dans la malavoune (brousse), on a finit au milieu des ronces, des lianes et des moustiques, mais le magnifique point de vue valait l'aventure ! Au programme également : baignade et PMT pour profiter des grandes marrées, jeux, lecture, observation des étoiles et repos ! Etant donné que des mahorais possèdent des terrains sur l'îlot, il y a beaucoup de va et viens des agriculteurs, qui sont aussi pêcheurs, ce qui donne une ambiance assez sympa.

Cette semaine, je suis en formation avec Caritas-France. Un salarié de caritas Maurice vient nous former à une pédagogie d'alphabétisation. Comme j'ai animé un groupe d'alpha, je peux bénéficier de cette formation. Même si je pars la semaine prochaine, c'est vraiment hyper intéressant. Ca me donne des clés (parce que jusque là, je faisais comme je pouvais, sans connaitre grand chose) que je pourrais (j'espère) ré-utiliser dans mon travail plus tard. On est 22 stagiaires, principalement avec des mahorais, comoriens et malgaches que je connais déjà. C'est super ! Et en plus, je continue de progresser en shimaoré... On sait jamais, si je croise un comorien ou mahorais à Paris ! ;-)

Suite à mon message sur le mariage, je me permets d'apporter des petits détails (j'approfondie ma connaissance de la culture chaque jour ;-)). En fait il existe deux mariages ici : le petit et le grand ! Le petit, c'est ce que je vous ai décrit. Tout est organisé par la famille de la mariée, c'est donc à elle que revient tout l'argent récolté par les invités (comme décrit dans un précédent article). Le grand mariage c'est la même chose, mais sur quatre jours, environ un an après le petit mariage ! Et la belle famille doit offrir plein de bijoux et d'argent à la mariée... Encore une histoire d'argent puisque la valeur des cadeaux monte à minimum 4 chiffres ! Le petit mariage est un peu comme l'équivalent des fiançailles.Il existe également la dotte. Cela se fait le matin même du petit mariage. Le père de la mariée négocie une somme avec le mari, et tout cela revient à la mariée. Autant vous dire que la mariée reçoit un sacé pactole entre la dotte et le mariage ! Ensuite, c'est à elle de décider ce qu'elle en fait. En général, elle le partage avec sa famille (père-mère).  De même, chaque parent doit construire, ou en tout cas, léguer, un terrain (et une maison) à chacune de leur fille. Et après le mariage, c'est le mari qui va habiter chez la femme. C'est en ça que la culture mahoraise est dite matriarcale, parce que se sont souvent les femmes qui détiennent les biens/les finances.

Voilà pour la minute culture ! ;-)

 

P1060960

En attendant de partir pour l'îlot Mtzamboro, un pêcheur revient de sa journée... Surprise, un petit requin ! Eh oui, il y en a pas mal au large de Mayotte, mais aucunes attaques à délcarées jusqu'à maintenant ! 

P1060966

Produit de la pêche : un baliste ! Vous pouvez aperçevoir ses dents ! Il attaque lorsque l'on rentre dans la zone où il a pondu ses oeufs. C'est un poisson que l'on observe parfois en PMT.

P1060967

Les villageois attendaient le retour du pêcheur pour acheter directement le posson frais :-) On ne peut mieux apprécier l'habit traditionnel des mahoraises : la salouva (la robe traditionnelle) et le m'dzindzano (masque de beauté sur le visage).

P1060972

partie de volley avant qu'il ne fasse complètement noir !

P1060990

L'avantage de dormir à la belle étoile, c'est qu'au petit matin, en ouvrant les yeux, on tombe sur ce paysage : le soleil se lève tranquilement pendant que la lune continue de briller

P1060999

Les bangas de pêcheurs/agriculteurs sur l'îlot.

P1070017

Ballade dans la malavoune...

P1070022

P1070031

P1070071

Les bouénis cuisinent (toujours au feu de bois) en attendant le retour de leur mari

P1070073

P1070081

Posté par ClemBlt à 07:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 août 2016

Week-end prolongé !

On a profité du week-end prolongé du 15 août pour aller un peu sur le lagon. Tout d'abord avec une sortie bateau, et biiiiiiim, on a pu observer trois baleines !!!! Incroyable !!! Les baleines à bosses viennent mettre bas dans le lagon, mais depuis deux ans, elles se font de plus en plus rare à Mayotte (mais davantage observées au large de la Réunion !). A priori, le jour où nous avons observé ces trois baleines, nous étions les plus chanceux de la saison. C'était un magnifique spectacle, et on se sent vraiment tout petit à côté de ce géant des mers ! Lors de cette sortie, on a aussi observé plein de dauphins, comme d'habitude (!), sauf que cette fois on a observé l'espèce des "grands dauphins". Ils ne sont qu'une 60aine d'individus recensés dans le lagon, et c'est principalement avec cette espèce que l'on peut faire des mises à l'eau. On a donc plongé avec eux ! Ils n'étaient pas joueurs comme ils peuvent le faire d'habitude, mais c'était quand même très beau de les voir sous l'eau, et non plus à la surface :-)

Lundi, Gaetan est venu m'aider à l'alphabétisation car mon binôme n'était pas là. On arrive, mais personne n'est là, sauf une personne. Il nous dit "ah vous êtes venu ? Mais comme c'est jour de fête, on croyais que tu n'allais pas venir !" Et si, toujours fidèle au poste ! Du coup, il a été réveillé tout le monde (les jours de fêtes = jours de sieste !), sinon "ils allaient avoir trop la honte" ! Ensuite, on a aussi profité de ce long week-end pour faire un baptême de plongée : le premier pour Gaetan, il a kiffé ! Le deuxième pour ma part. Je n'avais pas du tout réussi la première fois, mais cette fois cétait la bonne !

 

 

P1060762

Ilots choizil

P1060779

Ilots Choizil

P1060781

Ilots Choizil

P1060788

Ilots Choizil

P1060812

P1060820

Caféier

P1060824

Bambou géant

P1060828

Fleur de frangipanier

P1060848

Un ananas en formation !

P1060857

Fleur de tulipier géant

P1060867

Pause lecture au gîte du Mont Combani !

P1060876

Les zébus sont aussi prioritaires que les piétons ici ! Et ils sont très autonomes aussi, personne au bout des cordes généralement !!

P1060880

Point de vue sud de l'île

P1060887

Point de vue sud de l'île

Baleiiiiiiiiiiines !!!!

Posté par ClemBlt à 18:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 août 2016

 

Quelques photos qui vous plongerons au coeur de la vie des quartiers mahorais...

 

P1110535

P1110538

 

P1110540

P1110545

P1110547

P1110552

P1110555

P1110557

P1110561

P1060557

P1060616

P1060622

P1060645

P1060646

P1060659

P1060666

Posté par ClemBlt à 09:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 août 2016

Encore quelques petites nouvelles, parce que la mission n'est pas finit, j'en profites jusqu'au bout !

Ci dessous quelques photos, mais avant quelques mots sur... La saison des mariages (pendant environ les 3 mois qui suivent le ramadan), c'est donc en ce moment ! C'est très reconnaissable : ils installent d'énormes stands couverts sur les places publiques des villages et mettent la musique à fond ! Sur le trottoir, les bwénis cuisinent pour tout le monde (on ne compte plus les grosses marmittes de riz !). On voit alors tout plein de monde habillé sur son 31, chaqun avec sa broche de jasmin, soigneusement confectionnées par les bwénis. Bon, vous imaginez bien que le mariage ne se passe pas du tout de la même manière qu'en métropole ! Ici, les hommes et les femmes sont chacun de son côté. Puis c'est une grosse histoire d'argent : les mariés mettent une fortune dans leur mariage, mais recoivent beaucoup en échange. Plus on est proche des mariés, et plus on doit payés. Sous les stands, des dizaines de nattes sont installéses, chaque natte correspond à un invité proche des mariés, qui ensuite peut à son tour inviter du monde. Autant vous dire que ce sont d'ENORME mariage, avec quasiment tout le village d'invité ! Les invités donnent de l'argent avant le mariage pour les préparatifs, puis le jour du mariage. Par exemple, la mariée porte un voile, pour enlever ce voile, la belle famille peut lacher jusqu'à 2000€... Et encore, ce n'est qu'une moyenne ! Les familles organisent des quêtes auprès des familles, amis, voisins... Il y a même des associations qui se sont crées pour ça. Par exemple, en étant membre, tu dois donner 100€ et 10 cannettes de sodas (oui parce qu'ils ne boivent quasiment que ça !) pour chaque mariage d'un autre adhérent. Et le jour de ton mariage, ce sont les autres adhérents qui te donne. Par contre, le jour où tu veux quitter l'association, tu dois rembourser tout ceux qui ont donné pour ton mariage !!!! Certains, achètent des boeufs puis quelques années plus tard, quand leur enfant se marie, ils vendent ces boeufs pour financer le mariage.  Bref, ça à l'air d'être un sacré traffic tout ça ! Bon finalement, c'est une autre méthode d'investissement et de prêt d'argent tout ça ! ;-) C'est très important dans la culture, c'est aussi le moyen de montrer aux autres sa richesse. Une famille passe vraiment pour riddicule aux yeux des autres, si elle n'a pas au moins un boeuf à tuer pour le mariage de son enfant. Mais j'avoue que c'est un concept que j'ai du mal à saisir quand je vois ces gens vivre dans des bidonvilles et qui sont pourtant capable de mettre une somme monstrueuse pour leur mariage... J'ai l'impression qu'ils vivent toute leur vie pour financer cet évènement. J'aurais bien vécu ça d'un peu plus près, une amie comorienne m'a invité à son mariage, malheureusement c'est en octobre, je vais louper ça.

 

P1060313

Rallye des jeux en partenariat avec la commune de Chiconie et les CEMEA. Avec Rafik et Nadjima, nous animons le parcours sportif, sur la plage de sohoa.

P1060321

Pause du midi : brochettis oblige ! (brochettes de boeufs, bananes et manioc frit et poutoux -piment-)

P1060262

Kawéni

P1060270

Kawéni

P1060282

animation d'une journée kermesse en partenariat avec une association de Kawéni, avec qui nous avons fait des ASP auparavant, et les CEMEA. Ici, les courses en sacs se font, non pas dans des sacs à patates, mais dans des sacs de riz ;-)

P1060285

Course d'échasses, fabriquées en coco !

P1060389

Le groupe d'alphabétisation de Chirongui, que j'anime chaque lundi, avec Herman (celui qui lève la main sur la photo ;-)) Ils sont beaux n'est-ce pas ? Vraiment attachants :)

P1060415

Banga

P1060416

Une boutique comme on les trouve ici !

P1060422

Randonnée Dziani Bolé, au nord de Mayotte : brûlis des cultures...

P1060442

Randonnée Dziane Bolé - traversé de champ d'ylang-ylang

P1060463

Randonnée Dziani Bolé : trouver une coco par terre, rencontrer un paysan dans son champ qui  nous l'ouvre gentiment, et la partager pour le pique-nique du midi : plutôt chose courante ici ;-)

P1060474

Randonnée Dziani Bolé : pique-nique, vue sur l'îlot M'tsamboro et îlots Choisils, village de M'tsahara (le "M ' " au début de beaucoup de mot, désigne le fait que ce soit un nom propre)

P1060504

Randonnée Dziani-Bolé : papillon !

P1060507

Randonnée Dziani-Bolé : la pointe nord de l'île

P1060518

Randonnée Dziani-Bolé

P1060519

Randonnée Dziani-Bolé

P1060542

Randonnée Dziani-Bolé

P1060554

Randonnée Dziani-Bolé

Posté par ClemBlt à 20:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]


26 juillet 2016

Encore un week-end où on en a pris plein la vue ! Samedi, nous avons profités des grosses marées pour faire les piscines de Petite Terre. Mais de quoi elle parle là ? En fait, Petite Terre est située sur la grosse barrière de corail extérieur, du coup lors des grosses marées (basses), des piscines naturelles se forment entre les récif de coraux qui formes la barrière. C'est un bon moyen de nager parmis les poissons et les coraux en toute transquilité ! Ensuite, on s'est posé à Moya, toujours sur Petite Terre, pour espérer voire une émergence (bébés tortues qui sortent du nid -sous le sable- pour rejoindre la mer). En fin d'après-midi, miracle, on assiste aux premiers bains de quelques tortues ! On a trop de chance ! C'est tout petit petit et pourtant ça cavalle très vite ! Une minuscule bosse de sable devient une montagne pour elles ! C'était un très beau spectacle. Malheureusement, sur une ponte d'une centaine d'oeufs environ, seul une tortue survivra jusqu'à l'âge adulte. Le bébé tortue met environ 2 semaines à sortir du lagon, moment à partir duquel elle est moins en danger. Le soir, nous sommes resté pour voir une ponte. Nous étions que deux, du coup le gardien était vraiment top et nous avons pu faire la ronde avec lui. Puis, un groupe de 4 autres personnes nous on rejoint pour voir le moment de la ponte.

Dimanche, nous avons prit un kayak pour rejoindre l'îlot Bandrélé. Un îlot non habité (comme tout les îlots du lagon), au large de la côte est. Journée fort sympathique !

P1050735

Anémones

P1050807

P1050906

Dans les piscines de la barrière de corail !

P1050936

Zone de Mangrove - Maya 1

P1050971

Coucher de soleil - Moya 2

P1060024

Îlot Bandrélé

P1060034

Arrêt sur une plage presque déserte de l'îlot Bandrélé

P1060037

 

Double barrière de corail : au premier plan, le fanjant (barrière en formation) le long de la plupart des côtes/îlots et au second plan, la grande barrière extérieur qui encercle quasiment toute l'île.

P1060075

Poisson chirurgien

P1060086

P1060125

P1060129

P1060189

P1060206

P1060237

Les pirates de l'îlot Bandrélé ;-)

Une petite vidéo des paysages et rencontres de ce wend (et j'ai rajouté la raie manta que l'on avait eu le plaisirs de croiser en avril)

Posté par ClemBlt à 15:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 juillet 2016

Hello ! Quelques nouvelles : Gaetan est arrivé depuis un mois, son stage se passe bien, ça lui plait et il lui reste du temps libre pour découvrir l'île :-) Pour ma part, j'ai fais un saut d'une semaine en métropole pour une formation dans le vercors. Entre ateliers, conférences et débats, c'était intéressant. Ca m'a permis d'échanger et mûrir mon projet professionnel pour les années à venir. Ce retour anticipé en métropole m'a permis de prendre conscience que le décallage au retour définitif allait être difficile ! J'ai été choquée par le sur-équipement des gens qui étaient avec moi en formation : chacun avait ramené son ordinateur, son appraeil photo, sa tablette, son tel portable dernier cri...et faisaient la course à la prise électrique pour charger toutes ces batteries. De même au moment des repas, les gens se plaignaient de ne pas avoir assez à manger alors qu'on avait entrée-plat-déssert-pain à volonté à chaque repas... Ils râlaient mais pourtant chaque midi, des restes finissaient à la poubelle... Pfiou, après quelques mois immergés à 8000km de la métropole, j'avais vraiment l'impression d'être en décallage avec les autres !!!

Nous avons été invité par Nadjima, ma binôme, pour rompre le jeûne dans sa famille. Quand le soleil est couché, les musulmans partagent le foutari, c'est à dire le repas du soir pendant le ramadan. C'est le chant du muezzin qui donne le top départ du repas ! Ils cassent le jeûne en buvant du lait et/ou du thé et en mengeant des dattes. Ensuite, il partage le repas. Comme nous étions invités, ils avaient mit le paquet ! On a eu le droit à de la viande en sauce, à du poisson frit, du manioc frit, des biscuits du genre sablés, des oranges... C'était trop bon !!!

Hier, j'ai assisté à quelque chose qui a failli me mettre dans une situation embarassante ! En allant à l'alphabétisation, je covoiture avec mon collègue mahorais. Il m'explique que son fils, revenu de métropole pour les vacances, est circonscit demain à l'aube, avant le lever du soleil. On échange sur le sujet : dans la religion musulmane cela se fait vers les 6-7 ans de l'enfant, ça peut se faire à l'hopital (anesthésie) mais selon la mère de mon collègue (qui visiblement a le dernier mot) ce procédé porte malheur à la famille et à l'enfant, il faut le faire à la maison et que l'enfant sente la douleur. Mon collègue me précise que les enfants ne sont pas mit au courant sinon ils prennent la fuite. Après l'alphabétisation, je dépose mon collègue dans sa belle famille. Il tient absolument à ce que je descende de la voiture pour me présenter son fils. Je me retrouve dans une cours de maison avec toute la famille mahoraise. Au milieu se trouve un attroupement d'hommes autour d'un drap et dessous je comprend qu'il y a 4 enfants. Les hommes faisaient brûlé un truc là-dessous, quelques uns lisaient le coran. Je ne voyaient pas tout ce qu'ils faisaient et je ne saurais pas expliquer le sens de tout ça. Je sais simplement que c'était une cérémonie pour préparer la circonscision. Respirer la fumée m'a donné des hauts le coeur (à mon avis ils ne faisaient pas brûlé que du charbon...!) et je me suis senti encore plus mal quand les 4 enfants qui étaient sous le drap se sont mit à pleurer en appelant leur maman... Une fois finit, ils ont enlevé le draps, les gamins étaient complètement perdu : les yeux rouges, ils semblaient ne plus savoir où ils étaient, regardant les adultes autour d'eux comme de nouveaux dangers. Ils ne savent même pas pourquoi on leur fait ça, rien ne leur ait expliqué. Alors là, je me suis concentré pour ne pas déglutir au beau milieu de cette scène improbable !!! Je ne me suis pas attardée et ces nausées m'ont suivi toute la soirée !!! Je reste sans voix face à ces manières de faire qui pour moi, créer des traumatismes à vie chez l'enfant...

Sinon, la routine ! On prépare petit à petit l'arrivée des prochains volontaires, on planifie quelques animations de rues, etc. En début de semaine, je me suis d'ailleurs retrouvé au milieu d'une réunion étrange, pour préparer des animations dans une nouvelle commune. Les partenaires, tous mahorais, ne répondaient pas à mes questions ou suggestions, je devais faire les questions/réponses et presque animer la réunion alors que ce n'est pas moi qui l'avait convoquée. Bref, pas très confortable, j'avais déjà eu cette sensation quelque fois mais pas à ce point là. En sortant, j'en parle à Nadjima, ma binôme, en lui demandant ce qu'elle en a pensé et si concrètement c'est parce que j'étais la seule "blanche" que les gens ne me répondaient pas. Nadjima, qui connait bien ce village, m'a confirmé qu'effectivement dans cette commune, le mahorais adopte un comportement différent face au "blanc", un comportement de soumission. La vision que les mahorais et comoriens ont des "blancs" est parfois très dérangeante. J'aimerais qu'ils me considèrent d'égal à égal et qu'ils arrêtent de mettre les métropolitains sur un pied d'estal.

Bref, toujours de nouvelles expériences !!! :-)

P1110009

Photos prise par Gaetan, au coeur des bidonvilles de Kawéni, sur son site de projet de stage

P1110163

Kawéni

P1110304

Kawéni

P1110307

Kawéni

P1110062

Kawéni

P1050548

Ballade dimanche dernier, point de vue d'Acoua au nord de l'île - vue sur les îlots M'Tsamboro et Choisils

P1050561

Point de vue d'Acoua- vue sur M'Tsamboro

P1050567

Point de vue d'Acoua

P1050575

Point de vue d'Acoua

P1050144

Chez Nadjima, j'apprends à râper la coco pour faire le mataba : les bouénis ont un siège spécial pour ça ! On s'assoit sur le tabouret et au bout est soudé une rape arrondie ! La maman de Nadjima me donne un cours de râpe, elle a tendance à un peu se moquer bisarement ! ;-) Elle balbutie quelques mots en français, moi pas mieux en shimaoré, mais on arrive un peu à se comprendre. Gaetan a ensuite essayé de râper la coco, elle lui a dit qu'il râpait hyper bien, mieux que toutes les bouénis du village !!!!

P1050272

Carnaval de la fraternité à Chiconi, les scouts aident à l'encadrement

P1050299

Carnaval de Chiconi

P1050302

Carnaval de Chiconi

P1050226

Vercors, un contexte vraiment sympa pour une semaine de formation :-)

Posté par ClemBlt à 18:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 juin 2016

Le Ramadan a commencé depuis mardi. Le rythme et les habitudes changent un peu : les fruits et légumes des bouénis ont disparus du bord des routes et laissent place aux gobelets en plastiques (pour le thé) et les grosses gamelles, les magasins ferment à 15h30, la sieste est encore plus de rigueur en début d'après-midi... Le ramadan est, dans la religion musulmane, un temps de purification. Plus on tient le jeûne et plus on est pardonné des pêchés.  La dernière semaine du ramadan correspond donc aux gros pêchés ! A la fin du ramadan, il faut faire "peau neuve". Les familles rachètent du mobilier, des vêtements, etc. Certaines familles s'endettent pour ça. Cela représente un moment clé pour les entreprises et les magasins, qui l'ont bien compris, et font des pubs spécial ramadan ! Cela va durer un mois, jusqu'au 6 ou 7 juillet (cela dépend de la lune). Sinon, pour le point météo, les températures ont baissés, c'est beaucoup plus agréable, on ne transpire plus comme des boeufs !! On se surprend même à sortir sa petite laine le soir et trouver que l'eau est froide ! Comprenez-nous, il ne fait plus que 25 et 30 degrés !!! ;-)

P1050008

Lors de chants traditionnels au début de la course de pneus (avant que les casseurs ne débarquent !)

P1050020

Chants traditionnels

P6011019

Dans le labyrinthe que forment les petites ruelles des villages, ici à Sada

P6011036

L'après-midi, les hommes se retrouvent sous les arbres ou les farés des villages pour jouer à l'awalé, aux cartes, aux dominos...

P5310911

Randonnée au lac Dziani de Petite Terre - troupeau de zébus !

P5310954

Lac Dziani

P5310962

Lac Dziani

P6021199

Baptême de plongée

P6021251

Baptême de plongée ! J'ai eu du mal car difficulté à respirer mais le spectacle valait la peine ! J'arrivais tellement pas à respirer que je remontait toujours à la surface, j'ai fatigué le moniteur qui devait constament me pousser vers le bas (comme sur la photo) ! Je crois que je n'étais pas sa meilleur élève de la matinée !!!

P6021070

Les conditions de ce baptême étaient exeptionnelles : visibilité et poissons ++

P6021144

P6021164

Poissons clowns dans les anémones

P6021167

Coraux

P6031434

Levée de soleil en haut du Mont Choungui

P6031514

Un margouillat

P6031579

Rando au dessus de Bandrélé

P6051716

Randonnée à Saziley, réserve protégée au sud de l'île. A l'allée, nous avons emprunté le sentier des baobabs qui longe la mer puis retour par les crètes.

P6051811

Rando Saziley

P6051699

Un gros baobab croisé sur le chemin !

P6051821

L'équipe de la journée rando, composée de vacanciers et d'amis !

P6051835

Retour par les crètes, nous dominons les baobabs croisés le matin !

P6051881

Retour au village, les petits garçons se baignent, les petites filles discutent sur le bord

P6051884

banga sur la plage

Posté par ClemBlt à 19:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 juin 2016

Documentaire d'une vingtaine de minutes sur Mayotte... L'émission prend clairement partie, ça manque de nuance, mais ce qui est montré reflète la réalité malgré tout. Depuis le tournage la situation continue d'évoluer... Ce week-end, la course de pneus annuelle a dû être annulé à cause de violence, une première depuis 33 ans... Le quotidien en ce moment c'est : être témoin d'expulsions quotidiennes, voire des enfants dormir dehors à 200m de chez soi depuis 3 semaines, croiser les camions militaires avec à l'arrière de nombreux migrants et leur baluchons, écouter les gens qui vous racontent leur peur face aux menaces d'expulsions et de violence, ne pas savoir quoi répondre en accompagnant des migrants nous montrer leurs bangas dépouillés par les habitants du village, ne pas savoir quoi répondre non plus à un mahorais qui racontent que la population commence à s'armer et qu'ils attendent l'étincelle pour se venger de toutes ces violences comoriennes... La situation semble engluée. D'une côté des mahorais qui se battent pour leur droits, de l'autre des comoriens qui se battent pour survivre. Anjouan se situe à 70km des côtes mahoraises, on appreçoit très bien l'île. Comment peut-on ne pas comprendre que les anjouannais tentent la traversée lorsqu'ils aperçoivent de chez eux ce qui représente leur paradis ? Ne serait-ce que pour l'accès aux soins. Il y a un seul hopital aux Comores, pour les 3 îles. Celui-ci à été en coupure d'élèctricité et d'eau pendant un mois... Et moi petite blanche, qu'est-ce que je fais ? Je représente la France qui est venue diviser les communautés de cette région du monde et qui maintenant les regarde de manière passive, se battre entre eux. En ce moment, j'ai vraiment honte d'être française ! Heureusement, il me reste le statut "scout" ;-)

Envoyé spécial de France 2 en replay

"Envoyé spécial" est une émission hebdomadaire de France 2 préparée et présentée par Guilaine Chenu et Françoise Joly et diffusée le jeudi à 20h45. Au sommaire le 2 juin : - Mode, quand la religion fait vendre. De grandes marques proposent maintenant des vêtements "pudiques". Qui sont les femmes qui les achètent ?

http://www.francetvinfo.fr

 

Posté par ClemBlt à 08:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 mai 2016

Camille est en vacances à Mayotte pour deux semaines, petit bilan de la première semaine : sortie bateau, nage avec les tortues et PMT au dessus des coraux, bivouac dans le nord et bivouac sur un îlot... Eh bien sûr un petit peu de travail pour moi entre tout ça ! En parlant travail, en ce moment, nous nous mobilisions pour faire de l'animation auprès du camp de réfugiés qui s'est installés en plein centre de Mamoudzou, à 200m de la maison... Je n'arrête pas de le dire, mais une fois de plus le contexte tendu de l'île monte en flèche. Depuis quelques semaines, les habitants de certains villages de l'île organisent des expulsions : ils descendent dans les quartiers et détruisents les bangas (habitations en taule) des immigrés. Dans certains village, ces actions sont implicitement organisées par les mairies... Ce qui a d'ailleurs provoqué la semaine dernière de violentes altercations entre force de l'ordre et jeunes. Résultat, de nombreuses familles, déjà extrêmement pauvres, se retrouvent à la rue. Actuellement on compte environ 350 personnes (env 45 familles) à Mamoudzou, au camp de réfugiés qui s'est mit en place il y a 3 semaines. Les personnes expulsables ont été reconduit à la frontière, ceux qui restent sont en règles, mais personne/rien pour les reloger. La préfecture ne répond à aucune sollicitation. Les personnes n'ont pas accès à des douches et WC. Une citerne d'eau est installé au centre, avec quelques matelas... Une situation qui m'a boulversée, d'autant plus quand elle se produit à la porte de chez soi... Ce qui m'a le plus choquée ce sont les personnes qui s'adossent aux barrières et qui regardent les réfugiés... Avec les scouts nous assurons l'animation deux après-midi et deux soirées/semaine, en espérant qu'une solution soit rapidement trouvée pour ces personnes...  De plus en plus le mot de "guerre communautaire" est employé pour décrire la situation... Une île à deux réalité, mes photos montrent souvent le côté "riche", mais sachez qu'il y a une deuxième facette...

P5240044

Les bouénis sur le bord des routes qui vendent régimes de bananes, manioc, etc

P5240185

Camille et Lulu la tortue

P5240233

Les makis !

P5250376

PMT dans le lagon

P5250440

Les dauphins nous offrent un beau spectacle. Sur la photo, une maman et son petit

P5250549

Apéro sur l'îlot de sable blanc du nord

P5250626

Photo souvenir avant le départ de Valentine (à gauche)

P5250638

Des poissons clowns dans les anémones

P5270756

Arrivée en kayak au bivouac, sur une plage du nord

P5270782

P5280809

Les bouénis à la pêche !

P5280828

Coucher de soleil sur le mont choungui, lors du bivouac à l'îlot Bandrélé

Posté par ClemBlt à 18:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]